démence Centré

Par Prof. Emma Reynish

Janvier 8th, 2017

Autonomiser les soignants

La difficulté, le stress et la fatigue qui peuvent résulter du rôle des aidants naturels est appelée le «fardeau de l'aidant» ou «souche» par les chercheurs. Bien que la prestation de soins peut apporter satisfaction et récompenses, en reconnaissant les défis du rôle est important pour soutenir pleinement les soignants.

Ces défis peuvent provenir de:

  • augmentation de la gravité de la maladie résultant de la capacité fonctionnelle réduite
  • des périodes où les symptômes neuropsychiatriques tels que les troubles de l'humeur, des délires, des hallucinations et des troubles du comportement sont présents.

Un plus grand sens de la charge peut être due à:

  • le soignant d'être une femme,
  • le soignant étant le conjoint
  • événements stressants supplémentaires,
  • problèmes de santé physique,
  • antécédents familiaux de problèmes de santé mentale,
  • la mauvaise qualité de la relation entre le soignant et le récepteur de soins,
  • de faibles niveaux d'estime de soi

Une personne avec l'interaction de la démence avec le système de soins de santé est complexe et dépend à la fois de leur propre état de santé et celui de l'aide-soignant.

L'épuisement d'un soignant peut conduire à une rupture dans la prise en charge, ce qui conduit à une demande de soins de relève d'urgence ou l'admission à l'hôpital ou une maison de soins. Par conséquent, la reconnaissance de ces défis communs et fournir un soutien aux aidants avant qu'ils atteignent un point critique est critique.

Lorsque l'on considère la façon dont les professionnels peuvent renforcer et soutenir les aidants, l'un des domaines les plus importants à souligner est d'assurer les soignants sont identifiés comme des soignants. Sans cette identification de leurs besoins ne seront pas évalués et ils ne seront pas avoir accès à un soutien approprié,

Souvent, les aidants ne se considèrent pas comme soignants ou demander le soutien, la priorité à la pris en charge les besoins des personnes au-dessus de leur propre. Il est fréquent d'entendre des commentaires tels que

«Je ne fais que ce que tout mari ferait ..."

Je ne pense pas que je devrais obtenir un support quelconque, devrais-je? "

«Pourquoi ai-je besoin d'aide? - Je ne suis pas la personne qui est malade "

Il est important que les professionnels prennent le temps de discuter de la situation d'un soignant avec le soignant, cela peut aussi habiliter le personnel soignant et légitimer leurs besoins et aider à atténuer les sentiments de culpabilité. Ceci à son tour, au fil du temps peut réduire la prise en charge d'impact négatif peut avoir sur la santé et le bien-être.

Quand un soignant a été identifié il y a un certain nombre de façons de soutien peut être fourni:

  • Assurer les soignants sont fournis avec des informations claires
  • Signpost services locaux ou, si possible, se réfèrent aux soignants de services qui peuvent leur fournir le soutien approprié, comme les travailleurs de soutien des hôpitaux, des autorités locales ou des organisations du tiers secteur.
  • Impliquer les soignants comme des «partenaires égaux dans les soins». On reconnaît les soignants comme des experts dans les personnes qu'ils soignent, à la fois avec des connaissances précieuses pour contribuer à, et un besoin d'information au sujet de la planification des soins. La clé de cette approche est une communication ouverte et honnête avec les soignants, en particulier en ce qui concerne le partage de l'information et la confidentialité
     

Ne noter que tous les soignants peuvent vouloir soutien quand initialement identifié, mais en général, ils la valeur de savoir où ils peuvent aller si leur situation change.

Questions pour les professionnels à envisager de fournir un soutien pour les aidants:

  • Est-ce que mon lieu de travail ont un protocole d'identification de soignant? Les dossiers conservés des aidants identifiés?
  • Comment puis-je engager davantage de soignants dans une conversation au sujet de leur rôle de soignant?
  • Est-ce que je sais où les soignants peuvent recevoir plus d'informations et de soutien, et je peux écrire un renvoi moi-même?
  • Y at-il d'autres façons dont je peux impliquer les soignants dans la planification des soins?
  • Dois-je le consentement de la personne soignée pour partager des informations? Sinon, je sais quel genre d'information est appropriée à partager avec un soignant?

Auteurs

Prof Emma Reynish - Consultant gériatre, professeur de recherche sur la démence, Faculté des sciences sociales, Université de Stirling, emma.reynish@stir.ac.uk

Nicola Thomson - Carer Support Worker, Support Team Carer Edinburgh, Edinburgh Health & Care Partnership sociale, Edinburgh Nicola.Thomson@nhslothian.scot.nhs.uk

Jane Robertson - Maître de conférences en études Démence, Faculté des sciences sociales, Université de Stirling, jmrobertson@stir.ac.uk


projet

Brodaty, H. & Hadzi-Pavlovic, D. 1990, «Effets psychosociaux sur les aidants de vivre avec les personnes atteintes de démence», Journal australien et néo-zélandais de psychiatrie, vol. 24, non. 3, pp. 351-361.

Campbell, P. [et al.] 2008, «Déterminants de la charge de ceux qui se soucient d'une personne atteinte de démence", journal international de psychiatrie gériatrique, vol. 23, non. 10, pp. 1078-1085.

Carduff, E. [et al.] 2014, «Comprendre les obstacles à l'identification des aidants de personnes atteintes de maladie avancée dans les soins primaires: Triangulation trois sources de données", BMC Family Practice, vol. 15, non. 1.

Carduff, E. [et al.] 2016, «Expérimentation d'une nouvelle approche dans les soins primaires pour identifier, évaluer et soutenir les aidants de personnes atteintes de maladies terminales: Une étude de faisabilité", BMC Family Practice, vol. 17, non. 1.

Cree, L. [et al.] 2015, "les expériences de participation à la planification des soins des aidants: Une exploration qualitative des facilitateurs et les obstacles à l'engagement des services de santé mentale», BMC Psychiatry, vol. 15, non. 1.

Jarvis, A. & Worth, A. 2005, "des besoins de l'information., Praticien de la Communauté: la revue des praticiens communautaires soignants de réunion" 'Association et la santé des visiteurs, vol. 78, non. 9, pp. 322-326.

Pinfold, V. [et al.] 2004, positive et inclusive? Des moyens efficaces pour les professionnels de faire participer les aidants dans l'échange d'information, Centre national de coordination pour le NHS de prestation de services et de l'Organisation, NIHR.

Schulz, R. [et al.] 1995, "effets de la morbidité psychiatrique et physiques de la démence soins: Prévalence, en corrélation, et les causes", gérontologue, vol. 35, non. 6, pp. 771-791.

Wilks, SE [et al.] 2011, "agression d'Alzheimer: Influences sur soignant l'adaptation et la résilience», Journal of Gerontological Social Work, vol. 54, non. 3, pp. 260-275.